mardi 2 janvier 2018

Vernissage de janvier

Chères Clientes, Chers Clients, 

Pour bien commencer l'année, 

nous avons le plaisir de vous inviter 

au vernissage de l'exposition 

de Jacques Jacobi

vendredi 5 janvier 

à partir de 19h

Comme d'habitude, ce sera l'occasion de rencontrer l'artiste et de partager un bon thé avec lui... Cette fois-ci ce sera également l'occasion de trinquer à la nouvelle année !


mardi 5 décembre 2017

Des Gens par Béatrice Pottecher

Nous avons le plaisir de vous inviter
au vernissage de l'exposition

Des Gens

de Béatrice Pottercher-Miss

mercredi 6 décembre, à partir de 19h



Du 5 décembre au 4 janvier, Béatrice Pottecher-Miss expose au Thé des Muses une série de portraits peinte à l'aquarelle. 



Peintre amateur, elle fait glisser les aquarelles sur le papier comme de l'eau, crée des couches de glacis et donne ainsi vie aux gens. Ses gens, les gens flamboyants, passionnés, authentiques, ... Ceux qui ont suscité une émotion à peine leur chemin croisé.

jeudi 23 novembre 2017

60 Millions de consommateurs : les thés ne font pas tous l'unanimité

Ces dernières semaines, nous avons beaucoup entendu parlé, vu passer des partages de lien et des reprises (plus ou moins précises et détournées) de l'article du numéro de novembre de 60 Millions de consommateurs
 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
" 17 pesticides dans votre tasse " 

" Il faut diminuer (voir arrêter) de boire du thé " 

" Il y a plus de pesticides que dans n'importe quel produit de l'agriculture vu que les feuilles ne sont pas lavées "

"Quel thé noir et thé vert est-il encore possible de boire ?"

" Les thés Earl Grey et à la menthe sont les plus touchés, il ne faut pas en boire "

" On ne peut même pas se fier au bio "

"Des pesticides, de l'arsenic et du mercure dans nos sachets de thé"
 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vous l'aurez compris : cet article a jeter un gros caillou dans la mare ! 

Qu'en est-il vraiment ? Faut-il avoir peur de boire du thé ?


Tout d'abord, il est intéressant de lire l'article de base et non un article, sur un article qui parle lui-même de l'article. Et oui, comme toujours internet et les on-dit on tendance à déformer un petit peu les faits. Alors, oui, il vous en coûtera 4.60 €... Presque le prix d'un sachet de bon thé !

Ensuite, il est intéressant de s'attarder sur les thés qui ont été testés : des thés disponibles en grandes surfaces de distributions et quelques thés de Maisons de Thé (Dammann, Mariage, Kusmi, Palais des Thé ...). Dans tous les cas, des thés en sachet. 
Les deux familles choisies l'on été car elles sont les plus représentées en rayon et non pas spécifiquement pour leur teneur en pesticides ou en autres substances néfastes :
- 16 thés noir Earl Grey, dont 4 thés bio 
- 10 thés verts à la menthe, dont 5 bio


Alors, c'est bien et pas bien de mélanger l'analyse des thés bios et non
- c'est bien parce que nous ne répèterons jamais assez que le label bio ne garantie pas la qualité du thé, et inversement un thé non certifié peut être clean. Il ne faut pas oublier que la certification et le passage complet en bio est une démarche couteuse.
Le classement des Earl Grey illustre parfaitement ce propos : l'Earl Grey Mariage frère arrive en tête de classement avec une note de 19/20, il n'est pourtant pas bio mais provient d'une maison sérieuse, inscrite dans une démarche qualité depuis des décennies et qui achète ses thés directement en Asie, auprès des producteurs. 
- c'est moins bien car les deux types de thés ne sont pas soumis à la même réglementation, donc en réalité difficile à comparer : il est tout simplement très surprenant que des thés bio (qui sont à priori soumis à la tolérance 0 en termes de pesticides) n'obtiennent pas la plus haute note dans ces tests. Entre guillemets, ce sont "des mauvais thés bio" même s'ils restent dans le haut du classement en grande majorité.

Les tests ont portés sur la feuille sèche et l'infusion, mais seuls les résultats sur feuilles sèches sont exposés en détails.
Or, comme il l'est bien dit (et comme la logique l'oblige !), les feuilles de thés ne sont rincés ni au moment de cueillette ni lors de la transformation du thé. Toutefois, lors de l'infusion, toutes les substances (et notamment les substances nocives) ne passent pas du sachet à la tasse. 
C'est d'ailleurs précisé un peu plus loin dans l'article, au sujet des métaux : "Nos analyses sur les infusions ont par ailleurs montré que l'aluminium est le seul métal à diffuser dans l'eau" (il est précisé un peu plus haut que l'aluminium ne pose pas de problème sanitaire aux doses retrouvées dans le thé). D'un point de vue plus rassurant, il est également précisé qu'en revanche "une partie importante des antioxydants présents dans la feuille se retrouve dans l'infusion".

Mais d'ailleurs : qu'a testé 60 Millions de Consommateurs ? 
Les tests ont porté sur différentes substances : les pesticides, les alcaloïdes, les métaux et les polyphénols. 
En d'autres termes, ont été testés : 
- pesticides : les produits phytosanitaires qui sont utilisés dans les plantations pour lutter contre les parasites, les maladies et parfois, il faut l'avouer, simplifier le travail des ouvriers du thé. 
Une grande partie de ce qui est regroupé sous le terme de "pesticides", sont des produits autorisés mais dont l'utilisation est réglementée, à fortiori pour les cultures bio. 
Dans ses tests, 60 Millions de Consommateurs a relevé le nombre de molécules retrouvé ( de 1 à 17 pour les Earl Grey et de 1 à 10 pour les thés à la menthe) ainsi que de la teneur de chacune d'elle (en milligrammes/kilo de thé), rapportée à la limite maximale autorisée et la concentration totale de pesticides (effet cocktail).
- métaux : contrairement aux produits phytosanitaires, les métaux ne sont en général pas rajoutés par l'homme mais présent dans le terroir (certes parfois du fait de l'homme quelques temps auparavant). Les théiers se nourrissant par les racines, comme toutes les plantes, ils se chargent naturellement d'une partie de ces métaux.
- alcaloïdes pyrrolizidiniques : sous ce terme barbare, ce cache en réalité un contaminant naturel, présent dans les mauvaises herbes et qui est serait cancérogène pour l'homme ! Gros problème a ce niveau donc ! Les teneurs en alcaloïdes sont d'autant plus élevées que les feuilles basses du théier sont récoltées : c'est-à-dire des récoltes "grossières" (en opposition aux récoltes fines qui ne prennent que les bourgeons et/ou les premières feuilles) et souvent mécanisées, qui ne font donc pas la différence entre les feuilles de thés et les mauvaises herbes. La seule exception sont les lapsong souchoug, pour lesquels les feuilles anciennes (les plus basses sur le théier) sont volontairement récoltées.  L'autre facteur influent est le tri qui est effectué après récolte et qui semble sur certains des thés testés quasi inexistant.
- polyphénols : il s'agit d'un puissant antioxydants, c'est une molécule plutôt recherchée par les personnes buvant du thé car il préviendrait certains cancers , les maladies cardio-vasculaires et encouragerait la perte de masse graisseuse et une meilleure densité osseuse. Là où cela pose problème c'est qu'en très grande quantité, les polyphénols pourraient s'avérer toxique pour le foie. Donc une bonne teneur oui, une très bonne non. Mais il est bien compliqué pour un buveur de thé de juger de cela puisque la teneur en polyphénol varie de manière très importante d'un thé à un autre. La raison pousserait donc à varier les plaisirs !

Enfin, comme il s'agit d'un test, c'est intéressant de s'attarder sur les notes... qui sont plutôt bonnes dans l'ensemble ! 
Pour les Earl Grey : 
-  les notes varient de 19 à 6.5/20, 
- 6 thés ont des moyennes spérieures à 16/20 et des bonnes ou très bonnes notes à toutes les substances 
- 3 thés sont notés entre 12.5 et 15/20, du fait de la présence de trop de pesticides. Il s'agit de 3 thés non bio, où la présence de certains pesticides peut donc être autorisée.
- 6 thés ont des moyennes 12 et 6.5/20 du fait d'une trop grandes teneur en alcaloïdes : ce sont uniquement les thés à moins de 0.10 cts le sachet de thé, utilisant principalement de la dust (poussière) ou des brisures de thé. Des thés "bas de gamme" donc, pour lesquels des feuilles plus basses ont été récoltées sur le théier et le triage mal (voir pas ?) opéré d'avec les mauvaises herbes. 
A noter tout de même que dans cette catégorie "bas de gamme", certains thés s'en tirent très bien : Auchan Bio (0.06 cts le sachet), Tetley (0.07 cts), Terra Etica (0.14 cts). 
Pour les thés à la menthe : 
- 4 des 10 références testées ont des moyennes supérieures à 18/20 avec que de bonnes ou de très bonnes notes
- 4 références ont également que des bonnes ou très bonnes notes sauf pour leur teneur en polyphénols ... Donc très bien aussi !  Leurs moyennes vont de 17 à 15.5/20
- 2 des références testées ont des notes tout juste acceptable sur un ou de critère et n'obtiennent que les notes de 13 et 14.5/20. 
Dans l'ensemble les thés à la menthe sont jugés plus propres que les earl grey, mais attention à ne pas faire de généralité ! D'autant plus que les notes des thés noirs ont été un peu baissées du fait d'une plus grande teneur en polyphénol, ce qui est contestable.  

Gardez bien à l'esprit qu'il y a des milliers de thés vert, noir, oolong, pu'er, blanc, jaune et fumé, ayant chacun leurs caractéristiques propres (plus ou moins d'antioxydants, de tanins, de polyphénol, de théaflavines, catéchines,  ...) et qui ne seraient se résumer à leurs teneur en contaminant, ni aux deux familles ici testées.



Conclusion :

L'article de 60 Millions de Consommateurs est un bon article, notamment pour les non-initiés, avec toutefois quelques raccourcis (un seul type de théier, ...), de petites erreurs notables (le thé noir n'est pas un thé fermenté - à part le pu'er bien sûr, 1 cuillerée de thé par personne, ...) mais qu'un rappel à la réalité pour le monde du thé :

- il y a une très grande disparité sur le marché du thé, plus particulièrement les thés en sachets en l’occurrence, avec de très mauvaise élève mais aussi des bons voir très bons élèves. Dans tous les cas, dans les échantillons testés, aucun ne faisait un sans faute. 

- cela nous rappelle au passage que le thé est un produit agricole, qui dépend du terroir sur lequel il est cultivé mais aussi des hommes qui le cultivent (culture conventionnelle, bio, en permaculture, ...) et de leur volonté (/possibilité ?) de le cultiver de manière responsable et bio. Rappelons encore une fois que pour avoir l'appellation "bio" un thé doit passer de multiples tests et répondre à de multiples critères. Un thé qui ne souhaite pas passer ces tests ou même qui échoue à un critère près n'est pas mauvais pour autant. 

- condition de travail des ouvriers du thé dans la majorité des plantations (exploitation "conventionnelle", c'est-à-dire plus de 90 % des plantations). Ce sont eux les vraies victimes des contaminants dont il ne reste que des traces dans nos tasses. 

- problématique des alcaloïdes, le seul vrai enjeu sanitaire de cet article, trouvés en trop grande quantité notamment dans les thés bas de gamme.

Rassurez-vous tout de même  ! 

Les thés commercialisés en France sont soumis à la réglementation européenne : s'ils sont commercialisés c'est qu'à priori ils ne dépassent pas les seuils (des contrôles réguliers, voir systématiques pour certaines marques, sont effectué). Seul un produit testé (Earl Grey Bio Village de E.Leclerc) dépassait la limite réglementaire pour un pesticide (ndlr : E.Leclerc a par ailleurs réagit suite à cet article en détruisant tout le lot dont était issu le thé testé et en effectuant un rappel de produit). 
Pour information, cette réglementation européenne est en ce moment même à l'étude. Une nouvelle version, plus stricte et en même temps plus accessible pour les producteurs (réduction des coûts de certification), devrait voir le jour d'ici à 2021.

Et si vous voulez être encore plus sûr : rejoignez le club des 10% - ceux qui boivent du thé en vrac, et de préférence bio !  Et surtout choisissez un fournisseur de confiance, qui connait le circuit du thé, la façon dont celui-ci a été cultivé (bio ou non, ...). Vous pouvez commencer ici ;)

mardi 21 novembre 2017

En avant pour les Voyages Extraordinaires avec Lili Tarenule

Avec Lili Tarentule, vous embarquerez pour un voyage imaginaire... A mi-chemin entre Jules Verne et Alice au Pays des Merveilles, entre la réalité et un souvenir d'enfance.

C'est délicieux, un spleen positif qui nous fait oublier jusqu'à la technique : Lili joue avec le brou de noix, des mines toutes fines, des papiers aux textures différentes, du collage ...

Auteure dessinatrice, Lili Tarentule développe principalement sa pratique artistique autour du dessin et de l’écriture, que ce soit une réflexion autour du trait, du médium ou un moyen pour transmettre des idées, pour construire des histoires.

Passionnée de lecture et envoutée par le monde des images depuis sa plus tendre enfance, elle développe depuis sa sortie des Beaux Arts une recherche plastique autour du dessin narratif. Inspirée par la littérature et l’imaginaire du début du XXème siècle, paysages poétiques, animaux et personnages candides constituent son terrain de jeu et explorent un temps passé mais non révolu.

Cette exposition regroupe, dans un ensemble cohérent, 3 séries d'oeuvres : 
 
- Les Voyages extraordinaire : une série inspirée du Thé des Muses et de son évocation au voyage. Trois toiles où se mêlent collages et dessins, réinterprètent graphiquement la série littéraire de Jules Verne autour des voyages, tout particulièrement certains passages du Tour du monde en 80 jours, paru en 1872.

- Fantaisies permet par des dessins oniriques sur les rapports espiègles et poétiques du vivant la rencontre entre humanité et animalité. Fillettes et garçonnets, mammifères, volatiles et végétaux se côtoient, se confrontent et cohabitent quelquefois de la plus belle des manières.


- Enfin, la série Maman m’a dit regroupe des illustrations poétiques et métaphoriques sur les étapes importantes qui construisent un être humain. La féminité est au coeur de chacun de ces dessins qui fourmillent de détails et qui mettent à l’honneur le couple, l’amour, la grossesse, les différents passages à l’âge adulte.



Les Voyages extraordinaires de Lili Tarentule
Du 7 novembre  au 4 décembre au Thé des Muses
www.lilitarentule.com 


lundi 6 novembre 2017

Les thés de Noël arrivent !

En ce mois de novembre, les thés de Noël arrivent progressivement !

Allié de vos repas de fêtes et meilleurs amis des "bredeles", les thés de Noël apportent un peu de magie et de chaleur en cette période de fin d'année.


Certains mélanges sont d'ores et déjà disponible, d'autres arrivent dans les jours à venir ... Tous seront là d'ici au 25 novembre, date du lancement des festivités à Strasbourg ! 

lundi 30 octobre 2017

Boirons-nous du Darjeeling à Noël ?

Le Darjeeling est connu et reconnu comme étant le champagne du thé noir.
Darjeeling est aussi une ville, dans les contre-forts de l’Himalaya au sein du Bengale-Occidental, au centre de la région qui fût choisit il y a plus quelques 150 ans par Robert Fortune pour implanté le thé en Inde. 

Depuis le  début du mois de juin, la région de Darjeeling est secouée par de forts conflits sociaux, entre l’ethnie des Gorkhas (la majorité des habitants, d'origine népalaise) et les instances gouvernementales du Bengale-Occidental.
Si le conflit est ancien déjà (cela fait environ 30 ans que les Gorkhas demande la création d'un état indépendant), l'annonce du gouvernement en mai dernier de rendre l'apprentissage du Bengali (la langue locale) obligatoire à l'école (en plus de l'hindi, la langue nationale indienne) a remis le feu aux poudres... Et pas d'une petite façon ! Ce n'est pas la 1ère fois que les 87 jardins de Darjeeling subissent des grèves et les conséquences de ce mouvement séparatiste (la majorité des ouvriers travaillant des les plantations de Darjeeling sont Gorkhas), mais cette fois l'intensité est inédite. En plus des manifestations contre cette décicion du ministère de l'éducation, des revendications sociales se sont greffées (salaire minimum, ...). 
Aujourd'hui la montagne est fermée : les plantations de thés sont à l'arrêt, les touristes sont partis, l'armée à pris place dans le territoire. Il y a eu plusieurs morts et des centaines de blessés.

En juin ce ne sont que 140.000 kilos de thé qui ont été produit dans la région, contre 1,33 million de kilos un an plus tôt - soit une baisse de 90 % environ.
Cet été, la production est restée anecdotique. La situation semble aller vers l'apaisement depuis quelques jours. Mais ce n'est que la partie visible de l'iceberg puisque au-delà de la production du Second et de l'Automnal Flush 2017, c'est toute la production du thé Darjeeling qui est en péril : les plantations n'ont été ni entretenues ni irriguées correctement depuis maintenant près de 5 mois. Fort est à parier qu'il faudra des mois, voir des années, pour remettre en état les théiers délaissés et revenir au standard d'excellence qui était ici en vigueur. Entre temps, la rareté du produit risque de faire flamber les prix et de détourner les buveurs de Darjeeling vers d'autres contrées... peut-être durablement.

Au Thé des Muses, nous espérons que les conflits cesseront bientôt. En premier lieu pour le retour à la paix sociale dans cette région magnifique et pour ces habitants. Nous espérons pouvoir continuer à vous proposer des Darjeeling dans les mois à venir, mais rien n'est encore sûr. L'histoire reste à écrire...


vendredi 27 octobre 2017

Les 15 ans du Thé des Muses

Voilà déjà un mois que nous célébrions nos 15 ans ! 

Nous vous proposons aujourd'hui un petit retour en images de ces moments forts, partagés avec vous. Encore merci d'avoir répondu présent et à très vite pour la suite de l'aventure. 




> LE CHANOYU 
Mardi 26 septembre, nous avions le plaisir d'accueillir Fukuda Takako pour une démonstration de Chanoyu. Littéralement "eau chaude pour le thé", le Chanoyu (ou Cha No Yu) est la cérémonie japonaise du thé, soit la seule cérémonie du thé réellement codifiée. Pour le coup, tout l'est : des positions des pieds, à la couleur du mouchoir du Maitre de Thé, rien n'est laissé au hasard. Il faut plusieurs années (qui se comptent souvent en dizaine) pour devenir Maitre de Thé.
L'officiante du jour, Fukuta Takako, étudie le Chanoyu depuis 5 ans maintenant mais n'est toujours qu'une étudiante. La cérémonie a tout de même était très belle, une très belle énergie s'en est dégagée. Le silence régnait, tous comme hypnotisé par la précision et la perfection de chaque mouvement. C'est peut-être ça le secret du thé : s'offrir un vrai moment de sérénité ! 

Aucun doute que le wa (l'harmonie), le kei (le respect) et le sei (la pureté) ont permis  à toutes personnes présentesd'atteindre le jaku (la sérénité) !
Merci à Takako Fukuda, aux deux invités et à tous les participants ! 







Le chasen, le chashaku et le matcha
Le matcha est mis dans le chawan grâce au chashaku

L'eau chaude est ensuite ajoutée grâce au hishaku


Une petite douceur est offerte aux invités avant la dégustation du matcha : le sucre de la douceur permet d'équilibré avec l'amertume du matcha et ainsi en profiter pleinement
Le matcha est ensuite fouetté avec le chasen afin d'obtenir une décoction légèrement mousseuse

Le matcha est prêt à être bu !




> L'ANNIVERSAIRE  
 Mercredi soir, nous vous avions invité à une soirée en toute simplicité : l'occasion de discuté un peu plus avec vous, de faire un petit bilan de ces 15 ans  et aussi de vous parler d'avenir ! Avec en premier lieu le lancement de notre nouveau thé exclusif : Sweet Fifteen. 


Et un délicieux buffet proposé par la Villa des Epices !

> LA DÉGUSTATION 
Jeudi soir, nous vous avons emmené de la Corée, au Japon, en passant par la Chine, la Thaïlande et le Vietnam, à travers une dégustation de thés verts. 

5 thés verts donc : 
- nous avons commencé la dégustation par un thé sencha en provenance du Vietnam dont les notes étaient à dominante herbacées, avec quelques nuances fleuries et pâtissières. 

- Cui Ya, un thé vert provenant de la région d'Anhui en Chine, est ensuite venu sublimé ses 1ères sensations grâce à sa douceur et des notes assez proches du sencha vietnamien (herbacée, fleuries) mais plus subtiles. 

- un superbe thé vert de Corée, Sejak, a permit d'aborder l'autre grande famille des thés verts : ceux aux notes de légumes verts et d'algues. Délicat, architecturé et équilibré, il conserve quelques notes herbacés du thé chinois mais se rapproche fortement d'un thé vert japonais. 

- la suite logique fut la dégustation de Night Shadow : avec ses feuilles en fines aiguilles vert sombre, un nez où épinards et iode se répondent et des notes végétales en bouche, il est caractéristique des sencha japonais.  

-  pour finir, nous avons déguster notre chouchou du moment Ban Maï : un thé vert de Thaïlande, produit en permaculture dans un tout petit jardin près de Chiang MaÏ.  Le résultat est surprenant de douceur, même après 6 minutes d'infusion : des notes briochées, herbacées et une extraordinaire longueur en bouche.



 > 15 ANS D'EXPO AU THÉ DES MUSES
Vendredi soir,
C'était le finissage de l'exposition de nos 15 ans, consacré à l'art naïf chinois avec une très belle exposition posthumes des œuvres de Wang Xiajung (oeuvres prettées par La Porte Rouge). 

C'était également l'occasion de mettre à l'honneur et (re)croiser les artistes qui font vivre nos murs depuis 15 ans déjà !  

Le tout, encore une fois, savamment épicé par La Villa des Épices ! Un délice !  


Encore merci à vous, de vous être déplacés pour notre anniversaire
et de nous suivre, certains depuis 15 ans !!